Renommer la base de données de l’Administration Centrale

Lors de l’installation de SharePoint avec l’assistant graphique, celui-ci ne laisse pas le choix du nom de la base de données d’administration. Il génère un nom avec un GUID (Globally Unique Identifier), comme SharePoint_AdminContent_43fab852-642d-4c62-82b2-4335d380789c. Afin de vous conformer au plan de nommage de vos bases, vous pouvez la renommer une fois qu’elle est créée. Notez que si vous faites une installation scriptée, vous pouvez donner directement le bon nom à la base, lors de sa création.

Procédure pour renommer la base de données de l’Administration Centrale

Avec le compte d’installation de SQL Server allez sur Tous les programmes > Microsoft SQL Server 2008 R2 > SQL Server Management Studio puis connectez-vous sur votre instance de SQL Server (par exemple, MW41/SHAREPOINT)

Dans SQL Server Management Studio, faites un clic droit sur le nom de la base de données de l’Administration Centrale (par exemple, SharePoint_AdminContent_43fab852-642d-4c62-82b2-4335d380789c) puis choisissez l’action Renommer. Ensuite appuyez sur CTRL+C pour copier dans le presse-papier le nom de la base puis copiez ce nom dans un fichier texte quelconque.

Toujours dans SQL Server Management Studio, faites un clic droit sur le nom de la base de données de l’Administration Centrale puis choisissez l’action Tâches > Sauvegarder : dans la fenêtre qui s’ouvre cliquez sur le bouton OK. A la fin de la sauvegarde, un message vous prévient qu’elle s’est terminée avec succès : cliquez sur le bouton OK.

Toujours (et oui…) dans SQL Server Management Studio, faites un clic droit sur le nom de la base de données de l’Administration Centrale puis choisissez l’action Tâches > Restaurer > Base de données : dans la fenêtre qui s’ouvre, dans la section Destination de restauration et dans la zone Vers la base de données, tapez le nouveau nom (par exemple, SharePoint_AdminContent) puis laissez tous les autres paramètres par défaut et cliquez sur le bouton OK. A la fin de la restauration, un message vous prévient qu’elle s’est terminée avec succès : cliquez sur le bouton OK.

Avec un compte d’administrateur de la ferme SharePoint, allez sur Tous les programmes > Microsoft SharePoint 2010 Products > Administration centrale de SharePoint 2010. Sous Gestion des applications, cliquez sur Gérer les bases de données de contenu. En haut et à droite, modifiez l’application web pour sélectionner celle de l’Administration centrale (par exemple, http://MW41:10000). Cliquez sur le nom de la base de données (SharePoint_AdminContent_43fab852-642d-4c62-82b2-4335d380789c). Sous État de la base de données, sélectionnez Hors connexion puis laissez tous les autres paramètres par défaut et cliquez sur le bouton OK.

Avec le compte d’installation de SharePoint, ouvrez une invite de session en tant qu’administrateur puis allez sur c:Program FilesCommon FilesMicrosoft SharedWeb Server Extensions14BIN.

Dans l’invite de commande, exécutez la commande suivante pour supprimer l’ancienne base de données: stsadm -o deletecontentdb -url http://MW41:10000 -databasename SharePoint_AdminContent_43fab852-642d-4c62-82b2-4335d380789c -databaseserver MW41SHAREPOINT.

Dans l’invite de commande, exécutez la commande suivante pour associer la nouvelle base de données: stsadm -o addcontentdb -url http://MW41:10000 -databasename SharePoint_AdminContent -databaseserver MW41SHAREPOINT. Attention, l’opération est un peu plus longue: soyez patient.

Avec un compte d’administrateur de la ferme SharePoint, allez sur Tous les programmes > Microsoft SharePoint 2010 Products > Administration centrale de SharePoint 2010. Sous Gestion des applications, cliquez sur Gérer les bases de données de contenu. En haut et à droite, modifiez l’application web pour sélectionner celle de l’Administration centrale (par exemple, http://MW41:10000). Si le nom de la nouvelle base apparaît (SharePoint_AdminContent), vous pouvez supprimer l’ancienne base (SharePoint_AdminContent_43fab852-642d-4c62-82b2-4335d380789c) dans SQL Server Management Studio.

Guide des meilleures pratiques SharePoint 2010

SharePoint 2010 Best Practices a été mis à jour récemment. Ce guide recense les meilleurs articles sur SharePoint 2010, ainsi que des outils les plus utiles.

L’infrastructure riche et complexe de SharePoint rend difficile la maîtrise des performances de la solution. Vous trouverez de nombreuses références qui décrivent les meilleures pratiques pour lutter contre les problèmes de performance.

Une autre série d’article répond aux questions épineuses sur le retour sur investissement de SharePoint, ainsi que les usages possibles.

Les administrateurs trouveront des réponses aux sujets de l’installation, la configuration, et le maintien opérationnel de SharePoint 2010. Les questions relatives au déploiement sont abordées dans l’article Deployment scenarios (SharePoint Server 2010).

Par ailleurs, des articles sur SharePoint 2013 commencent à apparaître comme par exemple, sur l’installation et la configuration de SharePoint 2013 et SQL Server 2012 sur un serveur Windows 2012.

Les topologies, les environnements Extranet, la virtualisation des serveurs SharePoint, les sauvegardes / restaurations (que faut-il sauvegarder et quand ?), la recherche, les mises à jour et migration sont aussi abordés à travers de nombreux articles.

Les développeurs trouvent aussi des réponses sur, par exemple: comment mettre en place un environnement de développement, les meilleures pratiques pour développer des applications dans SharePoint 2010, des conseils sur l’écriture de code efficace, les meilleures pratiques de sécurité pour les développeurs dans SharePoint 2010, les meilleures pratiques pour développer des solutions en bac à sable dans SharePoint 2010, la création d’une classe IDisposable pour les listes, la détermination de l’utilisateur courant dans un flux de travail SharePoint, etc.

Le recensement des 10 blogs à suivre est tout aussi intéressant, savoir:

  • Joel Oleson’s SharePoint Land
  • Nothing but SharePoint
  • Scot Hillier on SharePoint
  • Lightning Tools Blog
  • Gokan Ozcifci on SharePoint

Enfin, le billet se termine par les 10 outils à emporter. Ces outils s’adressent aussi bien à des développeurs qu’à des administrateurs:

  • CKSDev est une extension Visual Studio qui rend les développements SharePoint plus faciles.
  • SharePoint Manager est un explorateur qui présente une vue hiérarchique de SharePoint 2007, SharePoint 2010 et SharePoint 2013.
  • CAML.NET est un module d’IntelliSense pour CAML.
  • CAML Designer rend plus facile l’écriture de requêtes CAML. C’est le successeur de U2U CAML Query Builder.
  • ULSViewer est un outil pour visualiser plus simplement les fichiers journaux.
  • Muse.VSExtensions est une extension Visual Studio qui permet d’ajouter une référence Global Assembly Cache dans le projet à partir du menu.