Tester mon site sur mobile pour augmenter sa vitesse de chargement

Gagner des visiteurs supplémentaires en faisant tester mon site sur mobile. En effet, il est maintenant possible de vérifier si la vitesse de chargement de votre site web sur mobile est bonne voire excellente ou mauvaise ! Et c’est ce que j’ai fait.

Notamment, grâce à des sites comme celui de WebPagetest ou celui de Google vous pouvez savoir comment se classe votre site en termes de chargement du site sur un mobile.

Tester mon site sur mobile

 

Tester mon site sur mobile
Tester mon site sur mobile

Il n’a échappé à personne que Google pousse fortement les créateurs de sites web ou de blog vers la mobilité. La raison est peut-être liée au fait que le réseau mobile est mondial et principalement dominé par Android de Google…

Quoi qu’il en soit, il est vrai que les connexions aux sites web se font beaucoup avec des appareils mobiles.

Pour un site de e-commerce, un blog, un site web institutionnel, etc. le rendu sur un appareil mobile est important. Tandis que la vitesse de chargement du site sur mobile est cruciale.

Comparaison sectorielle de votre résultat

Aussi, pouvoir tester mon site sur mobile m’a permis d’identifier puis de lever les goulets d’étranglement pour un résultat flatteur. Car, les toutes premières analyses étaient très mauvaises !

Tester mon site sur mobile
Comparaison sectorielle

L’intérêt est évidemment de ne pas perdre de lecteurs à cause de la lenteur.

Inversement, vous pouvez gagner des visiteurs supplémentaires. En effet, Google tient aussi compte des performances d’affichage d’un site web sur mobile pour améliorer, ou pas, son classement.

A l’issue de l’évaluation, vous obtenez le classement de votre site par rapport aux autres sites de votre secteur. Vous pouvez changer de secteur, si le choix proposé par défaut ne vous convient pas.

Conseils pratiques pour améliorer vos résultats

Si vous demandez à recevoir le rapport (recommandé), vous obtenez des conseils pratiques adaptés à votre site pour améliorer ses performances.

Sans surprise, les conseils concernent la réduction du poids des images, la réduction du nombre de requêtes nécessaires pour afficher votre page et favoriser le chargement rapide de la page.

Notez que certains de ces conseils s’appliquent à des produits comme WordPress ou SharePoint, par exemple.

Bien évidemment, Google propose des liens vers ses propres pages pour améliorer les résultats et en particulier vers les fameuses AMT (Accelerated Mobile Pages).

Différences entre un Administrateur technique et un Administrateur fonctionnel dans SharePoint

Dans SharePoint, vous pouvez être soit administrateur de la ferme SharePoint, soit administrateur d’une (ou plusieurs) collections de sites.

L’administrateur de la ferme est généralement un informaticien. C’est un administrateur technique.

L’administrateur de la collection de sites est généralement un utilisateur. C’est un administrateur fonctionnel.

Administrateur de la ferme

L’administrateur de la ferme ne peut pas accéder au contenu des collections de sites pour des raisons de confidentialité. Il peut sauvegarder ou restaurer une collection de sites mais il n’a pas accès aux documents, sauf s’il a été aussi désigné administrateur de la collection de sites.

Très souvent, l’administrateur de la ferme est aussi administrateur des collections de sites, ce qui pose des problèmes en termes de sécurité. Encore une fois, ce n’est pas indispensable pour ses activités. Simplement, c’est plus pratique pour lui.

Administrateur d’une collection de sites

L’administrateur de la collection de sites a un accès complet et définitif à tous les sites de la collection de sites. Même si vous lui retirer les droits, il continue d’avoir un accès en contrôle total sur tous les objets de la collection de sites.

Chaque collection de sites peut avoir sa propre son propre administrateur. Dans ce cas, un administrateur d’une collection de sites n’accède pas au contenu d’une autre collection de sites.

En résumé

Un administrateur technique SharePoint n’a pas accès au contenu des collections de sites, sauf s’il est aussi administrateur de la collection de sites (à éviter).

Un administrateur d’une collection de sites ne voit pas les autres collections de sites, sauf s’il est aussi administrateur des autres collections de sites.

Pour désigner un administrateur d’une collection de sites, vous pouvez le faire en allant sur le site racine de la collection de sites. Dans les paramètres du sites, sous Utilisateurs et autorisations, cliquez sur Administrateurs de la collection de sites.

Activer et mettre en oeuvre l’Étape d’application dans les workflows SharePoint

Le concepteur d’un workflow peut demander au workflow d’exécuter certaines actions avec des droits particuliers. Dans ce cas, le concepteur devra intégrer une étape particulière qui s’intitule Étape d’application.

Lorsqu’un utilisateur démarre un workflow, la plupart des actions sont exécutées avec les droits de cet utilisateur. Dans certains cas, l’utilisateur exécutant le workflow peut ne pas avoir l’autorisation nécessaire pour exécuter l’action désirée, ce qui peut entraîner son blocage.

Afin de résoudre ce genre de situation, le concepteur peut demander au workflow d’exécuter des actions qui pourront lire et écrire sur tous les éléments de ce site.

Ces possibilités sont offertes grâce à l’étape intitulée Étape d’application. Vous pouvez avoir autant d’étapes d’application que vous voulez dans un workflow. En revanche, vous ne pouvez pas les renommer, ni les imbriquer.

Même si l’étape d’application présente quelques similitudes avec l’Étape Emprunt d’identité des workflows de la plateforme flux de travail SharePoint 2010, elle est très différente dans son fonctionnement et sa configuration.

Autoriser les workflows

Pour que le concepteur puisse utiliser l’Étape d’application dans un workflow, celui-ci doit disposer d’une autorisation d’application. Pour cela, sur le site où le workflow sera exécuté, le propriétaire du site doit suivre cette procédure :
Paramètre > Paramètres du site > (section) Actions du site > (menu) Gérer les fonctionnalités du site > (fonctionnalité) Les flux de travail peuvent utiliser les autorisations d’applications > (bouton) Activer.

Identificateur d’application

Une fois que le workflow est publié, l’autorisation de contrôle total sur le site doit lui être accordée.

Sur le site où le workflow a été publié : Paramètre > Paramètres du site > (section) Utilisateurs et autorisations > (menu) Autorisations relatives à l’application du site.

En face de l’application Flux de travail, copiez la valeur d’identification de l’application qui se trouve entre la dernière barre verticale (« | ») et l’arobase (« @ ») : ne copiez ni la barre verticale, ni l’arobase.

Dans cet exemple, la valeur à copier est :
d3d8d10d-3d4f-4f59-bc74-fd323609c40f

Accorder l’autorisation à une application

Ensuite accédez à la page Accorder l’autorisation à une application, grâce à l’url suivante :
http://gamma129/sites/apps/_layouts/15/appinv.aspx

Le début de l’URL (http://gamma129/sites/apps) correspond à l’adresse d’une collection de sites du catalogue des applications SharePoint.

Recherche de l’application

Collez l’identification de l’application dans le champ ID de l’application, puis cliquez sur le bouton Recherche.

Contrôle total accordé

Ensuite, dans le champ code XML de la demande d’autorisation, collez l’expression suivante pour accorder l’autorisation contrôle total, sans apporter la moindre modification, quel que soit le nom de votre site. Cette expression doit être copiée telle quelle : ne cherchez pas à l’adapter à votre environnement.

Cliquez sur le bouton Créer : une fenêtre vous demande si vous pouvez faire confiance à Flux de travail. Dans cette fenêtre, cliquez sur Approuver.

La configuration est terminée.

Si vous êtes un administrateur SharePoint et que vous voulez approfondir le sens de cette manipulation, consultez la page détaillée du site de Microsoft : Add-in permissions in SharePoint à l’adresse http://coudr.com/l