Gestion des demandes SharePoint 2013

SharePoint Server 2013 Preview introduit une nouvelle fonctionnalité appelée Gestion des demandes (« Request Management »).

Dans SharePoint 2010, il existe une fonctionnalité intitulée Limitation des demandes qui bloque les demandes entrantes lorsque les serveurs Web frontaux (WFE) sont devenus trop occupés pour les traiter toutes.

Dans SharePoint 2013, le rôle de la Gestion des demandes est plus fin car cela permet de personnaliser la réponse en fonction de la nature des demandes reçues. La nature de la demande reçue peut être l’agent utilisateur, l’URL demandée, ou l’adresse IP source. La Gestion des demandes s’applique à une application web.

La Gestion des demandes augmente la robustesse en envoyant les demandes vers les serveurs WFE en meilleure santé et en préservant les plus faibles. Elle peut aussi envoyer les demandes les plus gourmandes vers les serveurs WFES les plus puissants.

Elle renforce la sécurité en identifiant les demandes nuisibles et en les refusant immédiatement. Elle améliore le trafic en hiérarchisant les demandes: les demandes de faible priorité, comme les robots, sont bloquées et les plus prioritaires, celles des utilisateurs finaux, sont servies.

La Gestion des demandes peut envoyer des demandes spécifiques, comme par exemple la recherche, vers des machines spécifiques. Cela permet aussi de résoudre des erreurs en isolant le trafic sur une machine.

La Gestion des demandes ne remplace pas un mécanisme de balance de charge, bien que certaines de ses fonctionnalités peuvent être accomplies par ce genre de dispositif.

Cette nouvelle fonctionnalité est complètement intégrée à SharePoint sous forme d’une instance de service. Il n’y a pas d’application de service associée. La configuration est réalisée en utilisant des applets de commande Windows PowerShell.

Routage et Pools de machines

Les machines sont associées à des pools de machines. Une machine peut ne pas faire partie d’un pool.

Gestion des requetes SharePoint 2013 Pool de machines

Des poids sont affectés aux serveurs pour le routage. Les poids statiques sont constants et affectés par l’administrateur, tandis que les poids santé changent dynamiquement en fonction des scores de santé.

Les scores de santé varient de 0 à 10, où 0 correspond au serveur le plus sain et donc à celui qui recevra le plus de demandes. Ce score est utilisé pour calculer le poids santé de chaque serveur.

La Gestion des demandes interroge ou ping continuellement chaque serveur afin de déterminer ses caractéristiques de fonctionnement pour affecter les priorités et procéder à l’équilibrage de charge.

Evaluation des règles et fonctionnement

1. Une cible de routage est une machine d’un pool de machines.

2. Un pool de machines est une collection de cibles de routage. Un pool de machines est la cible d’une ou plusieurs règles de routage.

3. Une règle de routage est la définition des critères à évaluer avant d’acheminer les demandes qui correspondent aux critères. Chaque règle de routage est associée à un pool de machines et un groupe d’exécution. Elle peut se voir attribuer une date d’expiration.

4. Une règle de limitation est un ensemble de critères à évaluer avant de refuser les demandes qui correspondent aux critères. Une règles de limitation n’est pas associée à un pool de machines ou un groupe d’exécution. Elle peut se voir attribuer une date d’expiration.

5. Un groupe d’exécution est une collection de règles de routage. Il y a trois groupes d’exécution (0, 1 et 2) qui sont évalués dans cet ordre. Si une règle n’est pas associée à groupe d’exécution, elle est associée avec le groupe d’exécution 0 qui est prioritaire. Dès qu’une correspondance est trouvée, les autres groupes d’exécution ne sont plus évalués.

Gestion des demandes SharePoint 2013 Goupes d'exécution et règles

Règles

Les règles peuvent correspondre à ces propriétés: Url, UrlReferrer, UserAgent, Host, IP, HttpMethod, SoapAction, CustomHeader.

La plupart de ces propriétés nous sont familières car elles correspondent à l’entête HTTP standard. La propriété CustomHeader permet une flexibilité optimale, en particulier lorsque vous travaillez avec des applications basées sur CSOM (Client-Side Object Model).

Les méthodes d’évaluations des règles sont: StartsWith, EndsWith, Equals et RegEx.

La prudence s’impose avec des expressions régulières mal testées à cause de problèmes potentiels de performances.

Exemples de scénarios

L’un des serveurs Web connaît des problèmes de performance. Une règle route les nouvelles demandes vers les autres serveurs afin de décharger le serveur défaillant, le temps de le réparer.

Un problème de charge trop importante liée à des clients riches Microsoft OneNote qui demandent à se synchroniser à SharePoint, pénalise les demandes faites via le navigateur. Une règle de limitation, qui expirera dans 2 heures, bloque toutes les demandes faites par OneNote grâce à l’expression régulière « .*Microsoft Office OneNote 2010* » qui porte sur la propriété UserAgent.

Les informations de ce billet proviennent des sites web de Microsoft, ainsi que du site d’un très rare MCA SharePoint: Request Management in SharePoint Server 2013. Nous avons procédé à la traduction en français et à de menues adaptations. Ces informations sont préliminaires et sujettes à changement.

Configuration requise pour installer SharePoint 2013

Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir.

Splash Installation de SharePoint 2013

Configuration matérielle

Dans le cas d’une ferme de serveur unique, la configuration matérielle minimale requise pour SharePoint 2013 Preview est identique à la configuration minimale de SharePoint 2010.

Cette configuration s’applique aux rôles de serveurs suivants: Web, Web avec composant de recherche, Applicatif (administration centrale, administration du composant de recherche, composant d’indexation):

  • Processeur: 64 bits, 4 cœurs.
  • RAM: 4 Go pour une utilisation individuelle (développeur, évaluation, formation), 8 Go pour une utilisation en production.
  • Disque dur: 80 Go d’espace libre pour le système et avoir 2x d’espace libre disponible que de RAM.

Le serveur de bases de données gère les bases de données de l’Administration centrale, de configuration et de contenu, de la ferme, de l’administration de la recherche, de l’index, des propriétés :

  • Processeur: 64 bits, 4 cœurs pour une « petite » ferme, 8 coeurs pour une ferme « moyenne ».
  • RAM: 8 Go pour une « petite » ferme, 16 Go pour une ferme « moyenne ».
  • Disque dur: 80 Go d’espace libre pour le système. La taille des bases dépend évidemment de la volumétrie des données à gérer par SharePoint.

Configuration logicielle

La configuration logicielle minimale requise pour SharePoint 2013:

  • Système d’exploitation: Windows Server 2008 R2 Service Pack 1 (SP1) en éditions Standard, Enterprise, Data Center ou Serveur Web (64 bits).
  • SGBD: Microsoft SQL Server 2008 R2 Service Pack 1 (64 bits).

Pour le SGBD, il est recommandé d’utiliser de préférence Microsoft SQL Server RTM 2012 (64 bits), ainsi que SQL Server 2012 RTM Tool Kit Manageability (SQL Server 2012 RTM Native Client, SQL Server 2012 RTM SQL ScriptDom, System CLR Types pour SQL Server 2012 RTM, SQL Server 2012 RTM Transact-SQL, SQL Server 2012 RTM Data-Tier Application Framework) en 64 bits.

Pour les serveurs Web et applicatifs:

  • Système d’exploitation: Windows Server 2008 R2 Service Pack 1 (SP1) en éditions Standard, Enterprise, Data Center ou Serveur Web (64 bits).
  • Prérequis (installés avec prerequisiteinstaller.exe): rôle Web Server (IIS), Windows Identity Foundation (WIF 1.0 et 1.1), .Net Framework version 4.0, .NET 4 DGR Update KB 2468871, SQL Server 2008 R2 Native Client, Open Data Library (ODataLib), Information Protection & Control Client (MSIPC), Sync Framework Runtime v1.0 (x64), Windows PowerShell 3.0.

Procédure d’installation

Les étapes d’installation sont similaires à celles de SharePoint 2010. Il faut ouvrir une session avec un compte de domaine qui est administrateur local de la machine. Dans notre cas, il s’appelle adminxp.

Les grandes étapes d’une installation simple et standard sont les suivantes:

  • Installez SharePoint sur tous les serveurs Web frontaux et d’application. Lors de l’installation, une nouvelle question: il vous sera demandé le chemin du dossier qui stocke l’index.
  • Lorsque l’installation est terminée sur tous les serveurs, exécutez l’Assistant de configuration.
  • Configurez la journalisation de diagnostic, les données d’uilisation, etc.
  • Créez les applications Web, les collections de sites et les sites.

Dans notre configuration, les prérequis imposent de redémarrer le serveur après l’installation de .Net Framework version 4.0. A l’issue de l’installation des prérequis, il a aussi été nécessaire de redémarrer.

Avec le compte d’installation adminxp, le fichier journal d’installation des prérequis se trouve à l’emplacement: C:UsersadminxpAppDataLocalTempprerequisiteinstaller.2012.07.19-12.32.07.log

Lorsque les prérequis nous semblaient définitivement et correctement installés, en lançant setup.exe, nous obtenions un message nous indiquant qu’il ne trouvait pas les fichiers d’installation. Le problème a été résolu en éteignant physiquement l’ordinateur et en le rallumant.

Installation réussie de SharePoint Foundation 2013

Navigateurs supportés

  • Navigateurs supportés sans limitations: Internet Explorer 9 (32 bits), Internet Explorer 8 (32 bits)
  • Navigateurs supportés avec limitations: Internet Explorer 9 (64 bits), Internet Explorer 8 (64 bits), Mozilla Firefox (dernière version), Google Chrome (dernière version), Safari (dernière version).

 

Toutes les informations de ce billet sont préliminaires et sujettes à changement.

Fonctionnalités de SharePoint 2010 supprimées ou remplacées dans SharePoint 2013

Mise à niveau visuelle

Dans SharePoint 2010, la mise à niveau visuelle permettait de garder l’ancien « look and feel » de SharePoint 2007 d’une collection de sites ou d’un site, le temps de migrer complètement. Cette mise à niveau conservait uniquement les anciennes pages maîtres, les fichiers CSS et les fichiers HTML.

La fonction de mise à niveau visuelle est remplacée par une mise à jour différée de la collection de sites, qui préserve beaucoup plus de choses, y compris le JScript et les fonctionnalités SPFeature.

Une fois la migration vers SharePoint 2013 réalisée, les propriétaires de la collection de sites pourront toujours garder le « look and feel » de SharePoint 2010, le temps de migrer complètement. Ils pourront toujours procéder à une pré-visualisation d’une copie de leur collection de sites en SharePoint 2013 avant de basculer.

En revanche cette opération sera irréversible et elle concerne toute la collection de sites et non plus un site isolé.

Modèles de site Espace de travail du document, Site de personnalisation, Site de travail de groupe et la solution de travail de groupe

Les sites créés avec ces modèles continueront de fonctionner dans SharePoint 2013. Toutefois, ces modèles ne figureront plus dans la liste des modèles de sites.

La prochaine version majeure de SharePoint ne supportera probablement plus ces sites.

Modèles de sites d’espace de travail de réunions

Les sites créés avec un des cinq modèles de sites Espace de travail de réunions continueront de fonctionner dans SharePoint 2013. Toutefois, ces modèles ne figureront plus dans la liste des modèles de sites.

La prochaine version majeure de SharePoint ne supportera probablement plus ces sites.

Miccrosoft conseille l’utilisation de Lync pour la tenue des réunions en direct, OneNote pour prendre des notes pendant les réunions et créer un site d’équipe SharePoint pour stocker les documents liés aux réunions (compte-rendus, etc.).

Modèle de site du Référentiel de processus Visio

Ce modèle ne figurera plus dans la liste des modèles de site afin d’en simplifier son affichage. Toutefois, il sera possible de créer des sites basés sur ce modèle.

La prochaine version majeure de SharePoint ne supportera probablement plus ce modèle.

Unghosting et personnalisation des fichiers CSS

Les méthodes suivantes sont incluses dans SharePoint 2013: Microsoft.SharePoint.SoapServer.Webs.CustomizeCss, Microsoft.SharePoint.SoapServer.Webs.RevertCss

La méthode Webs.CustomizeCss personnalise un fichier CSS, tandis que la méthode Webs.RevertCss revient à la définitin par défaut d’un fichier CSS. Ces deux méthodes sont stockées dans le fichier Webs.asmx.cs et sont définies dans Webswsdl.asps.

La prochaine version majeure de SharePoint ne supportera probablement plus ces méthodes.

Service Web d’Imagerie

Ce service permet de créer et gérer les bibliothèques d’images. Il est est inclus et pris en charge dans SharePoint 2013 Previez mais il sera probablement retiré de la prochaine version majeure de SharePoint. Ce service va être supprimé pour réduire les vulnérabilités de sécurité.

Le modèle objet côté-client (CSOM:client-side object model) permet de le remplacer. WebDAV (Web Distributed and Versioning) permet aussi d’assurer les fonctionnalités clé du service Web d’imagerie, comme par exemple de télécharger et renommer les fichiers.

Excel Services – Pas d’édition dans le navigateur pour les classeurs avec des connexions externes

Les classeurs avec des connexions de données externes qui utilisent l’authentification Windows ne peuvent pas être actualisés dans le navigateur. Ils doivent être ouverts dans le client Excel pour pouvoir être actualisés.

Les classeurs qui ont la base de données ou les informations d’identification Windows qui sont stockées dans le Service Banque d’informations sécurisé ou dans une chaîne de connexion peuventt encore être modifiés dans le navigateur.

Web Analytics

Ce service n’est plus disponible dans SharePoint 2013 Preview. C’est désormais une composante du service de Recherche.

Lors d’une mise à niveau, le service Web Analytics n’est pas mis à niveau vers le composant de traitement Analytics dans SharePoint 2013 Preview. Les bases de données qui contiennent les données de Web Analytics dans SharePoint Server 2010 ne sont pas supprimées. Elles ne sont tout simplement pas utilisées par le composant de traitement Analytics dans SharePoint 2013 Preview. Les statistiques antérieures à la migration sont donc à zéro.

Les rapports de Web Analytics sur les données principales d’un site sont maintenus. En revanche, les rapports sur le trafic du navigateur, les utilisateurs principaux d’un site, et l’URL référente ne sont pas maintenus. De même, les rapports administratifs sur l’utilisation des quotas de collections de sites dans la ferme ne sont pas disponibles.

Le Web Part Web Analytics n’est pas supporté dans SharePoint 2013 Preview.

Toutes les informations de ce billet proviennent des sites web de Microsoft, en particulier de Changes from SharePoint 2010 to SharePoint 2013 Preview. Nous avons procédé à la traduction en français et à de menues adaptations. Ces informations sont préliminaires et sujettes à changement.

Introduction à SharePoint 2013

Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir.

Nous avons été frappés par la somme d’innovations que contient cette nouvelle version, au-delà de l’interface graphique. Ce billet les présente très succinctement, sans chercher à être exhaustif.

S’il fallait ne retenir qu’une seule amélioration / innovation parmi des milliers, une mention spéciale pour l’intégration transparente d’Exchange et SharePoint: déposer un email dans un site SharePoint devient aussi intuitif que d’y mettre un fichier Word.

Architecture générale

Le modèle d’architecture de SharePoint 2013 Preview est resté globalement le même que dans la version SharePoint 2010, hormis pour la recherche et les workflows.

Applications de service SharePoint 2013

De nombreuses améliorations ont été apportées au niveau de la plateforme, ainsi que de nouvelles possibilités: Stockage râpé (« Shredded Storage »), améliorations dans SQL, Service Cache, Gestion des demandes, Thèmes, Partage.

Le « stockage râpé » sert à supprimer les doublons de fichiers et à réduire la quantité de données à transmettre sur le réseau.

De nouvelles applications de service apparaissent, d’autres disparaissent comme Office Web Apps qui n’est plus une application de service. De même, Web Analytics n’est plus une application de service. Elle fait dorénavant partie de la recherche.

Les services Business Connectivity Services 2013 et Windows Azure Workflow service (cf. Workflows plus bas) sont présentés à part.

Enterprise Content Management

En matière d’Enterprise Content Management, les stratégies de gestion d’informations mises en oeuvre dans SharePoint Server 2010 sont toujours prises en charge. SharePoint Server 2013 étend ses stratégies au niveau d’un site.

Les stratégies concernent la stratégie de rétention pour l’ensemble du site et la boîte aux lettres d’équipe, les raisons qui conduisent à la fermeture d’un projet et la suppression des documents associés.

Par exemple: Lors de la création d’un projet, un modèle de stratégies est sélectionné par le propriétaire. Au fur et à mesure que le projet se déroule, les documents et informations rattachées au projet se voient appliquer les stratégies en question. Lorsque le projet est terminé et en application des règles de stratégies, les dossiers du projet sont supprimés des Outlook 2013 des membres du projet. Ensuite, il peut éventuellement être décidé de supprimer les informations liées au projet.

Enterprise Content Management Sharepoint 13 Intégration avec Exchange 2013

Le centre d’e-découverte (« eDiscovery Center »). La e-découverte est le processus d’identification et de diffusion de l’information électronique qui peut être utilisé comme preuve. Le centre d’e-découverte établit un portail à travers lequel vous pouvez effectuer des recherches et apposer un séquestre. Cette fonctionnalité est disponible avec la version SharePoint Server 2013.

Les sources possibles d’exploration du centre d’e-découverte sont les boîtes aux lettres Exchange, les sites SharePoint et les fichiers des dossiers partagés.

Enterprise Content Management Sharepoint 13 eDiscovery Center

Le séquestre assure qu’une copie du contenu est préservée, tout en permettant aux utilisateurs de travailler avec leur contenu. Lorsque vous avez identifié les éléments spécifiques que vous aurez à fournir, vous pouvez les exporter dans un format standard.

Enterprise Content Management Sharepoint 13 Export

Web Content Management

Le Web Content Management supporte les variations et traduction de contenu, l’optimisation du moteur de recherche, la publication croisée de site, le rendu d’image dans différentes tailles, des URLs propres et la navigation des métadonnées.

Le rendu d’image permet d’afficher différentes versions de taille d’une image sur des pages différentes: il suffit de spécifier la largeur et la hauteur pour toutes les images qui utilisent ce rendu d’image. Selon les besoins, une même image pourra donc servir sur plusieurs pages avec des tailles différentes: miniatures, grandeur réelle, etc. Pour utiliser le rendu d’images, le cache BLOB devra être activé.

Web Content Management SharePoint 2013 Rendu d'image

Une URL propre signifie que http://office/15/collab/Demo/_layouts/PowerPoint.aspx?PowerPointView=ReadingView&PresentationId=/15/collab/Demo/Docs/wac.pptx&Source=http%3A%2F%2Foffice%2F15%2Fcollab%2Fdemo%2Fdocs%2FTraining%2520Module%2Fdocsethomepage%2Easpx%3FID%3D96%26FolderCTID%3D0x0120D520037E1F59EB3515B4F940A3806D9B183F0%26List%3Dc910e954%2D68ca%2D42ae%2Dbb0f%2D1c6908c73e77%26RootFolder%3D%252F15%252Fcollab%252Fdemo%252Fwac%252005&DefaultItemOpen=1 devient http://office/15/collab/Demo/Docs/wac.pptx?Web=1.

La fonction de variation copie le contenu d’un site source d’une langue vers un ou plusieurs sites cibles dans d’autres langues. Le suivi des relations entre la source et le contenu cible est maintenu. Les utilisateurs qui visitent un site sont redirigés sur le site approprié selon le réglage de la langue de leur navigateur Web. La traduction du contenu peut être faite automatiquement ou par l’intermédiaire d’une personne.

La publication croisée de site permet de rendre disponible du contenu d’une collection de site, désignée comme site de publication croisée, à d’autres collections de site. Cette fonctionnalité permet aussi de désigner une liste, une bibliothèque d’articles, une bibliothèque de base de connaissances ou un catalogue de produits comme catalogue. Ces catalogues deviennent potentiellement accessibles à toutes les autres collections de sites.

Par ailleurs, un nouveau modèle de publication de collection de site apparaît: Product Catalog Site Collection, où la fonctionnalité de publication croisée de site est activée par défaut.

SharePoint 2013 comprend un certain nombre de nouvelles fonctionnalités pour rendre plus facile la publication de sites Web. Une de ces nouvelles fonctionnalités est Design Manager. Cet outil vous permet de créer des canaux différents pour votre contenu (cf. plus bas le paragraphe Mobilité).

Par exemple, il devient possible d’avoir un ensemble de pages pour les navigateurs en taille réelle, un autre pour les appareils mobiles, un autre pour les tablettes. Vous pouvez aussi associer des pages maîtres différentes à chaque canal.

A certains égards, Design Manager remplace SharePoint Designer 2013, y compris dans la modification et la création de pages maîtres, grâce à de simples fichiers HTML.

Dans SharePoint 2010, la navigation de sites s’appuie sur la structure de site. Dans cette nouvelle version, il est possible d’avoir une navigation basée sur les ensembles de termes des métadonnées gérées. Sur un site de publication croisée, les ensembles de termes peuvent se combiner pour créer une navigation de site plus complète.

Navigation gérée dans SharePoint 2013

Il devient possible d’insérer un élément iframe dans un champ sur une page HTML. Cela permet aux auteurs de contenu d’intégrer du contenu dynamique à partir d’autres sites, tels que des vidéos, sous réserve que les domaines externes soient approuvés.

Web Content Management Sharepoint 13 Code embarqué dans Videos

Un nouveau WebPart fait son apparition : le Web Part de Recherche de Contenu. En spécifiant une requête dans ce composant WebPart, celle-ci renvoie automatiquement les résultats à partir de l’index de recherche lorsque les utilisateurs accèdent à la page qui contient le composant WebPart.

Informatique sociale

Microblogging: possibilité de partager du contenu, des liens et des medias avec qui on veut en interne; possibilité de suivre les personnes, les sites, le contenu, et les conversations.

Flux d’activités: fournit une vue sur l’activité récente liée au contenu, aux liens, aux médias et aux personnes.

Social Sharepoint 13 Discussions

Communautés: sites communautaires avec auto-administration des services, de la modération et les caractéristiques modernes de la communauté telles que les réalisations et la réputation.

Blog: intégration d’applications client et des notions de catégories, commentaires, et modération.

Recherche

Une nouvelle architecture pour la recherche avec une recherche unifiée. Par ailleurs, les résultats de la recherche sont personnalisés en fonction de l’historique de recherche et la prévisualisation est enrichie par les informations contextuelles.

Recherche documentaire SharePoint 2013

Recherche sur les personnes

Recherche SharePoint 2013 sur les personnes

Business Intelligence

La Business Intelligence concerne la version SharePoint Server 2013 Enterprise.

Les modules suivants apparaissent dans le client Excel: In-Memory BI Engine (IMBI), Power View Add-in pour Excel, Graphique croisé dynamique et rapports de tableau croisé dynamique découplé, Trend analysis.

Le moteur d’analyse de données multidimensionnelle en mémoire (IMBI), également connu sous le nom de moteur VertiPaq, permet une analyse quasi instantanée de millions de lignes. C’est une caractéristique entièrement intégré dans le client Excel.

Power View Add-in pour Excel: Power View (« Crescent ») permet aux utilisateurs de visualiser et d’interagir avec les données modélisées en utilisant des visualisations interactives, des animations et interrogations intuitives.

Graphique croisé dynamique et rapports de tableau croisé dynamique découplé: Les utilisateurs peuvent désormais créer des rapports de graphique croisé dynamique sans avoir à inclure un rapport de tableau croisé dynamique sur la même page.

L’analyse de tendances: Excel Services prend en charge la capacité de mener une analyse des tendances à partir de cellules dans les rapports de tableau croisé dynamique qui utilisent des données OLAP, tels que les cubes Analysis Services ou les modèles de données PowerPivot. Excel Services permet aux personnes de voir et d’interagir avec des classeurs Excel qui ont été publiés sur des sites SharePoint.

Excel Services dans SharePoint 2013

Des améliorations sont aussi apportées à PerformancePoint Services et Visio Services.

PerformancePoint Services permet de créer des tableaux de bord interactifs qui affichent des indicateurs de performance clés (KPI) et des visualisations de données sous la forme de tableaux de bord et de rapports.

Visio Services permet de partager des fichiers de dessin Microsoft Visio. Les données de ces fichiers de dessin peuvent être actualisées et mises à jour à partir de diverses sources de données.

Périphériques mobiles, smartphones et tablettes

Le ciblage de différents appareils mobiles devient possible: les concepteurs peuvent créer des canaux qui permettent à un site unique de publication d’être rendu différemment selon l’appareil.

A partir des versions Android 4.0, iPhone 4.0 et Windows Phone 7.5, l’accès à SharePoint 2013 permet de naviguer dans les bibliothèques de documents, les listes, les wikis et les composants WebPart de façon plus moderne.

Un site SharePoint peut s’adapter à des périphériques différents, selon des modèles spécifiques.

Mobilité dans SharePoint 2013 basée sur des modèles

Le Push devient possible sur les périphériques équipés de Windows Phone 7.5 ou versions ultérieures, afin d’envoyer des mises à jour.

Un nouveau type de champ de géolocalisation peut être utilisé pour le développement d’applications mobiles ou dans les listes.

Les périphériques mobiles sont désormais en mesure de visualiser le contenu des composants WebPart PerformancePoint, les rapports d’Excel Services et de SQL Reporting Services. Par exemple, les tableaux de bord de PerformancePoint peuvent maintenant être consultés et manipulés à partir d’un iPad en utilisant le navigateur web Safari.

Les documents Word, Excel, PowerPoint sont visualisables dans les navigateurs des mobiles avec des fonctionnalités supplémentaires.

Workflows

Les workflows construits dans SharePoint 2010 continueront de fonctionner dans SharePoint 2013. De même, les nouveaux workflows dans SharePoint 2013 pourront continuer à fonctionner comme dans la version précédente.

Toutefois, afin de tirer parti des nouvelles possibilités des workflows sous SharePoint 2013, il sera nécessaire d’installer Windows Azure Workflow service.

Dans ce nouveau service, toutes les communications pour interagir avec les définitions de workflow et leurs instances se font via HTTP(s). L’idée est d’assurer une transparence entre les services de workflows, qu’ils soient dans le nuage informatique ou sur des serveurs dans les locaux.

Toutes les informations de ce billet proviennent des sites web de Microsoft, en particulier de SharePoint 2013 ITPro content CHM, SharePoint 2013 presentation IT pro training et SharePoint 2013 Preview. Nous avons procédé à la traduction en français et à de menues adaptations. Ces informations sont préliminaires et sujettes à changement.

SharePoint Foundation 2013

Face au déluge d’informations sur SharePoint Foundation 2013, suite à sa sortie aujourd’hui, nous avons regroupé et synthétisé les informations parues à ce jour sur ce produit.

Ce billet est donc un centre de ressources qui sera mis à jour progressivement. Les articles de fond paraîtront lorsque nous aurons assimilé les 748 diapositives PowerPoint, ainsi qu’une trentaine de fichiers Word, Excel ou Visio qui présentent cet aperçu (« Preview »).

Pour connaître les nouveautés de SharePoint 2013 par rapport à SharePoint 2010, lisez l’article en français Introduction à SharePoint 2013 Preview.

SharePoint Foundation 2013 Preview vient d’apparaître officiellement, ainsi que la documentation très volumineuse et les premiers Language Packs for SharePoint Foundation 2013 Preview. Les packs de langues permettent la création de sites et de collections de sites dans plusieurs langues sans nécessiter des installations séparées de SharePoint Foundation 2013 Preview. Plusieurs packs de langues peuvent être installés sur le même serveur.

Vous pouvez aussi télécharger SharePoint Designer 2013 qui est l’outil pour le développement rapide d’applications SharePoint. Les utilisateurs avancés peuvent élaborer des solutions, sans code, pour répondre aux besoins de collaboration, de publication Web, de business intelligence et de workflows. Le principe de SharePoint Designer est de s’appuyer sur les blocs de construction disponibles de SharePoint dans un format facile à utiliser. Les développeurs peuvent utiliser SharePoint Designer 2013, en complément de Visual Studio, pour un démarrage plus rapide des projets de développement SharePoint.

Dans la foulée, Project Server 2013 Preview est aussi apparu, avec aussi une ample documentation qui présente les nouvelles possibilités de Project Server 2013.

Microsoft Office Web Apps Server Preview est un produit serveur Office qui fonctionne avec des produits et services qui s’appuient sur Web Application Open Platform Interface Protocol (WOPI). Grâce à Microsoft Office Web Apps Server Preview, Les utilisateurs de SharePoint 2013 Preview peuvent accéder aux fichiers Office à partir de bibliothèques de documents SharePoint à l’aide de Word Web App Preview, Excel Web App Preview, PowerPoint Web App Preview, et OneNote Web App Preview grâce au navigateur.

SharePoint Online Management Shell Preview dispose d’un module PowerShell Windows qui permet aux administrateurs de gérer leur abonnement en ligne d’Office 365 Preview. L’accent est mis sur la gestion de collection de sites.

Les systèmes de bases de données supportées par SharePoint Foundation 2013 Preview sont Microsoft SQL Server 2008 R2 et Microsoft SQL Server 2012.

Toutes les informations de ce billet proviennent des sites web de Microsoft. Nous avons procédé à la traduction en français et à de menues adaptations. Ces informations sont préliminaires et sujettes à changement.

Les nouveautés d’Exchange Server 2010

Les nouveautés d’Exchange Server 2010

Microsoft n’a cessé de faire évoluer son logiciel de messagerie collaborative Exchange. Cette version majeure ne déroge pas à la règle. Au contraire, elle confirme les orientations de la version précédente d’Exchange Server 2007.

Exchange Server 2010 est intégralement développé en 64 bits pour une utilisation en production. La version 32 bits est réservée au développement, au test, etc. mais sans support. Lors du passage en environnement de production de 32 à 64 bits, le nombre d’I/O disques avait été divisé par 10 pour Exchange Server 2007. Exchange Server 2010 divise par 2 ce nombre par rapport à Exchange Server 2007 !

De nouveaux outils d’administration apparaissent (Exchange Management Console et Exchange Management Shell). Si toutes les commandes graphiques ont leur équivalent en PowerShell Exchange, la réciproque n’est pas vraie pour de nombreux exemples.

Les fonctions de haute disponibilité sont renforcées avec l’introduction des DAG (Database Availabilty Group: extension et simplification de la CCR d’Exchange 2007). Les DAG permettent de dupliquer physiquement les bases de boîtes aux lettres entre les serveurs.

Par ailleurs, l’architecture d’Exchange Server évolue. A l’instar d’Exchange Server 2007, ses fonctions sont réparties en cinq rôles serveur:

  • Rôle de boîtes aux lettres (Mailbox Server): héberge les boîtes aux lettres des utilisateurs ainsi que les dossiers publics sous la forme de bases de données ; gère les accès des clients MAPI.
  • Rôle d’accès client (Client Access Server): gère tous les accès non-MAPI (OWA, ActiveSync, POP3, IMAP4, Outlook Anywhere…) ; supporte la fonction d’accès au partages d’OWA / ActiveSync, le service de détection automatique, le système de planification des réunions.
  • Rôle de transport Hub (Hub transport): responsable du routage des messages.
  • Rôle de transport Edge (Edge Transport): passerelle SMTP.
  • Rôle de messagerie unifiée (Unified Messaging): permet la consultation des boîtes aux lettres via une messagerie vocale. Il est doté d’une fonction de reconnaissance vocale, ainsi que d’une fonction de lecture à voix haute des messages écrits.

Ces rôles pouvant être déployés de manière indépendante.

Livre Créer et Organiser le contenu des sites SharePoint 2010: Travaux Pratiques Corrigés

Le livre Créer et Organiser le contenu des sites SharePoint 2010: Travaux Pratiques Corrigés (181 pages) est un recueil de travaux pratiques destinés à des personnes utilisant les sites SharePoint dans leurs activités bureautiques ou ayant en charge la gestion de sites Intranet hébergés sur Microsoft SharePoint 2010.

En particulier, ce livre d’exercices couvre l’organisation des contenus et leur mise à disposition pour les utilisateurs finaux. Il s’adresse donc à une population d’usagers communément appelés contributeurs ou concepteurs.

Les Travaux Pratiques Corrigés traitent des possibilités de personnalisation offertes par le navigateur. Bien qu’il soit simple d’usage, il permet des manipulations souvent insoupçonnées, même par certains utilisateurs chevronnés de SharePoint !

En effet, la richesse du produit le rend difficile à appréhender dans sa globalité. C’est en pratiquant beaucoup SharePoint que vous pourrez progresser dans son utilisation.

Les 40 travaux pratiques (TP) de ce document ont été peaufinés par la pratique de plusieurs centaines de stagiaires en formation. Conçus dans un réel souci pédagogique, ils commencent par des manipulations de base (création de sites, création de listes etc.). Progressivement, vous apprendrez des usages plus complexes comme par exemple, la connexion de composants WebPart.

Ces exercices seront aussi l’occasion de comprendre l’intérêt des objets de SharePoint et de découvrir de nouvelles notions.

Afin de tenir compte de l’absence du formateur, nous avons inséré plus de 160 illustrations, notamment à l’occasion de passages plus délicats.

Installer SharePoint 2010 sur Windows 7

La procédure pour installer SharePoint 2010 sur Windows 7 existe un peu partout sur le web mais comme je suis en train de le refaire, j’en profite pour vérifier qu’elle est bien complète. Petit rappel: SharePoint 2010 Foundation ou Server doit s’installer sur un Windows 64-bits.

Dans cette procédure d’installation, l’ordinateur avec Windows 7 ne fait pas partie d’un domaine. Remarque: L’installation de SharePoint Server 2010 sur Windows 7 est aussi possible.

  1. Téléchargez Microsoft SharePoint Foundation 2010 (ou SharePoint Server 2010),
  2. Copiez SharePointFoundation.exe dans le dossier D:2010sp (par exemple). Si vous n’avez pas de dossier D:2010sp, créez le. Le nom n’a pas d’importance.
  3. Ouvrez une invite de commandes avec clickie à partir de D:/2010sp puis tapez la commande: SharePointFoundation.exe /extract:D:2010sp,
  4. Parcourez la nouvelle arborescence jusqu’à D:2010spFilesSetup,
  5. Ouvrez avec Notepad++ le fichier de configuration de l’installation config.xml,
  6. Juste avant la dernière ligne (</Configuration>), ajoutez la ligne <Setting Id= »AllowWindowsClientInstall » Value= »True »/>, en respectant la casse, puis enregistrez
  7. Ensuite, parcourez l’arborescence jusqu’à D:/2010sp/PrerequisiteInstallerFilesFilterPack,
  8. Double-cliquez sur FilterPack.msi pour installer Microsoft Filter Pack 2.0 (ou Filter Packs de Microsoft Office 2010). Ce composant permet la recherche dans les documents au format Office 97-2003; .doc, .ppt, .xls, Office 2007; .docx, .pptx, .xlsx, Zip, OneNote, Visio, Publisher et Open Document Format.
  9. Installez Microsoft Sync Framework. Sync Framework est une plateforme de synchronisation qui permet la collaboration et l’accès en mode hors connexion pour les applications, les services et les périphériques,
  10. Installer le Client SQL Server. Il est préférable de le récupérer sur la page consacrée à Microsoft® SQL Server® 2008 R2 Feature Pack qui affiche une liste détaillée d’outils pratiques pour SQL Server. Si c’est juste le client qui vous intéresse, cliquez sur le package qui correspond à votre processeur: package X64 ou package IA64.
  11. Installez ensuite Windows Identity Foundation. Windows Identity Foundation utilise le modèle d’identité basée sur les revendications.
  12. L’installation de SharePoint Server 2010 nécessite des prérequis supplémentaires : Chart Controls et SQL Server Analysis Services – ADOMD.Net.
  13. Maintenant lancez un petit script sympathique d’activation de IIS. Celui active les fonctionnalités requises pour les services Internet (IIS) de la boîte de dialogue Fonctionnalités de Windows.
  14. Redémarrez votre ordinateur pour appliquer les modifications que vous avez apportées aux fonctionnalités de Windows.
  15. Une fois que l’ordinateur est redémarré, double-cliquez sur D:2010spsetup.exe: une fenêtre avec le contrat de licence s’ouvre,
  16. Cochez la case J’accepte les termes de ce contrat puis cliquez sur le bouton Continuer: la page Choisir le type d’installation s’ouvre,
  17. Cliquez sur Autonome pour installer tous les éléments sur votre pc. Si vous cliquez sur Batterie de serveur puis ensuite Complète, l’installation des binaires va se dérouler normalement. Par contre, lors du lancement de l’Assistant Configuration des produits SharePoint 2010, quand vous spécifierez un compte d’accès à la base de données, il réclamera impérativement un compte de domaine. Ce qui suppose que votre ordinateur est rattaché au domaine, hors dans l’hypothèse de départ Windows 7 n’est pas sur un domaine.
  18. Une fois l’installation terminée, décochez la case pour démarrer l’Assistant Configuration des produits et technologies SharePoint puis cliquez sur le bouton Fermer.
  19. Téléchargez puis installez le package de mise à jour cumulative 2 pour SQL Server 2008 Service Pack 1 (Microsoft SQL Server 2008 KB970315, environ 180 Mo). Selon votre configuration, il est possible que cette étape ne soit pas nécessaire.
  20. Une fois le KB970315 installé, cliquez sur Démarrer puis Tous les programmes: sous Microsoft SharePoint 2010 Products, cliquez sur Assistant Configuration des produits SharePoint 2010 pour lancer l’assistant (faire Suivant > OK > OK > …patientez… > Terminé) : À la fin de l’installation, un site SharePoint est automatiquement lancé.

Les étapes suivantes ne sont pas obligatoires pour avoir un site opérationnel. Toutefois, elles permettent de disposer d’un environnement plus robuste et plus sécurisé:

  1. Fermez le site puis appliquez le Service Pack 1 (SP1) de SharePoint Foundation 2010 (ainsi que le Service Pack 1 (SP1) de SharePoint Server 2010 si vous avez installé SharePoint Server 2010).
  2. Installez aussi le Cumulative Update (CU) Juin 2011 pour SharePoint Foundation 2010 (et éventuellement le Cumulative Update (CU) Juin 2011 pour SharePoint Server 2010)
  3. Téléchargez et d’installez Microsoft SQL Server 2008 R2 RTM – Management Studio Express en 64-bits pour disposer des outils d’administration et de développement des composants de SQL Server.
  4. Terminez par un bon coup de Microsoft Update.

Voilà, SharePoint Foundation est installé sur Windows 7.

QCM sur l’administration simple de SharePoint 2010

Récemment, il m’a été demandé de faire un questionnaire de validation des acquis d’une formation d’administration de Microsoft SharePoint Server 2010. Le questionnaire a été fait sous forme d’un QCM (Questions à Choix Multiples).

À vous de tester vos connaissances sur les principes de bases de l’administration SharePoint 2010 avec le QCM ci-dessous.

Il est simple car son objectif est de vérifier si les connaissances ont bien été assimilées.

Chaque question a 1, 2 ou 3 bonnes réponses maximum.

——–

Q1. Une ferme SharePoint est constituée de…

A Commandes Web B Applications Web C Systemes Web
Q2. L’installation de SharePoint 2010 nécessite au moins:

A OS 64 bits B SQL Server C .Net 4.0
Q3. Navigateurs pris en charge sans limitation avec SharePoint 2010

A IE8 64 bits B IE9 32 ou 64 bits C IE7 32 bits
Q4 . Le service qui effectue des tâches administratives pour SharePoint 2010 est…

A SPTimerV4 B SPUserCodeV4 C SPAdminV4
Q5. Dans IIS, le processus qui effectue les traitements de requête des applications est…

A W3WP.exe B HTTP.sys C WAS
Q6. L’application de service qui gère les hiérarchies de la taxonomie est…

A Banque d’informations sécurisé B Connexion de données métiers C Métadonnées gérées
Q7. Par défaut, les administrateurs de la ferme ont-ils accès aux collections de sites ?

A Oui B Non

Q8. Par défaut, le rôle de Conception permet…

A Approuver B Gérer les droits des sites C Supprimer
Q9. Une solution SharePoint peut être constituée de :

A Images B Définitions de sites C Fonctionnalités
Q10. La commande (incomplète) « stsadm –o backup –directory … » est censée sauvegarder:

A La collection de sites B La ferme C Le site par défaut (port 80)

——–

Dépanner l’application de service de profil utilisateur

Dans SharePoint 2010, l’application de service de profil utilisateur est celle qui génère probablement le plus de difficultés à mettre en œuvre. Pourtant, cette application est précieuse car elle permet de synchroniser les informations des comptes stockés dans un annuaire, comme Active Directory, avec les informations contenues dans les trois bases SQL Server utilisées par SharePoint (Sync, Profile, Social).

La lecture de l’article de Russ Maxwell, intitulé SharePoint 2010 – Provisioning User Profile Synchronization donne une explication détaillée du fonctionnement de cette application de service.

D’autres informations précieuses figurent aussi sur le blog de Spencer Harbar, une des trois seules personnes au monde à être actuellement Microsoft Certified Architect (MCA) sur SharePoint 2010, dans son article User Profile Synchronization Service changes in the June 2011 Cumulative Updates.

Dans SharePoint 2007, le service équivalent est rendu avec le Fournisseur de Services Partagés (SSP). Avec la nouvelle architecture de SharePoint 2010, l’application de service de profil utilisateur est devenue autonome et elle repose sur Forefront Identity Manager (FIM). Forefront Identity Manager (FIM), précédemment Microsoft Identity Integration Server (MIIS), est utilisé pour faciliter la synchronisation entre plusieurs points de terminaison, comme par exemple, l’application de service de profil utilisateur et un annuaire Active Directory.

L’article Configurer la synchronisation de profil (SharePoint Server 2010) de Technet donne la liste des manipulations à faire, y compris les droits précis à donner au compte en charge de la synchronisation, pour que l’application de service de profil utilisateur fonctionne correctement.

Toutefois, cela ne suffit pas toujours pour réussir à démarrer le Service de synchronisation de profil utilisateur. Pour vous aider, il existe l’outil complémentaire miisclient qui permet de dépanner l’application de service de profil utilisateur en cas de problèmes. L’exécutable miisclient.exe se trouve dans C:/Program Files/Microsoft Office Servers/14.0/Synchronization Service/UIShell. Attention ce n’est pas le répertoire qui se trouve sous Web server extensions !

Une fois lancé, il vous permet de voir l’avancement de la synchronisation et de savoir plus précisément où elle bloque.

Avant de pouvoir l’utiliser, les deux services qui assurent le bon fonctionnement de FIM doivent être démarrés. Ces services sont Forefront Identity Manager Service et Forefront Identity Manager Synchronization Service.