Qu’est-ce qu’un disque dynamique ?

Sous Windows / Intel, un disque dur physique possède jusqu’à 4 partitions. La partition permet de séparer le disque dur en zones distinctes sans risque de mélange des données. Généralement, l’accès à une partition se fait par une lettre lecteur de type C:, D:, E: etc.

Selon les besoins, une partition peut être définie comme principale ou étendue. Une partition principale peut stocker le secteur de démarrage: elle peut donc servir de partition active pour démarrer un système d’exploitation.

Pour utiliser un disque, il doit y avoir entre 1 et 4 partitions principales. Le total des partitions ne peut jamais dépasser 4. Une partition étendue ne peut pas servir pour démarrer un système d’exploitation. A l’intérieur d’une partition étendue, vous pouvez définir des lecteurs logiques afin de segmenter à nouveau le disque.

Généralement, l’accès à un lecteur logique se fait aussi par une lettre lecteur, comme les partitions. Sur un disque, il peut y avoir au maximum 1 partition étendue, dans laquelle il peut y avoir plusieurs lecteurs logiques.

Ce mécanisme de partitions principales et étendues est devenu trop limité pour les besoins modernes, notamment en ce qui concerne la gestion de l’espace disque. De nombreux outils spécialisés sont apparus sur le marché pour pallier à cette carence comme Partition Expert d’Acronis, par exemple.

Microsoft a apporté une réponse plus globale en introduisant la notion de disque dynamique à partir de Windows 2000. Une fois que vous avez converti votre disque en disque dynamique à l’aide de la MMC diskmgmt.msc, sans perte de données, les partitions et les lecteurs logiques sont devenus des volumes.

Sous certaines conditions, vous pouvez étendre les volumes sur de l’espace non-alloué du disque, que cet espace soit contigüe ou non au volume à étendre. L’extension peut se faire aussi sur de l’espace non-alloué d’un autre disque dynamique.

Un des intérêts majeurs de cette opération est d’être transparent pour les utilisateurs et donc elle ne génère pas d’interruption de services. La simplicité d’utilisation et la rapidité de mise en oeuvre est aussi un atout pour l’administrateur.

A partir de Windows XP, Microsoft a fourni un nouvel outil, DISKPART, utilisable en ligne de commande. Cet outil fonctionne aussi bien pour les disques classiques que les disques dynamiques.

Outre la possibilité de l’utiliser en mode caractères, il est complètement scriptable. Vous créez un fichier texte, monscript.txt, dans lequel vous écrivez les commandes que vous voulez voir s’exécuter. Ensuite, il ne reste plus qu’à incorporer la commande DISKPART /S monscript.txt dans un fichier de commandes par exemple.

2 réponses sur “Qu’est-ce qu’un disque dynamique ?”

  1. Bjr .. Merci pour ce cours concernant les disques durs ..
    dites moi comment cloner via ACRONIS un disque dynamique ??
    personnellement je n’ai pu le faire … il est indétectable avec
    Acronis ??
    auriez vous une piste pour y remédier ..???

    MERCI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *