Virtualisation de systèmes d’exploitation

Des produits spécialisés comme VMware, Microsoft Hyper-V, VirtualBox permettent de virtualiser le fonctionnement d’un ou plusieurs systèmes d’exploitation sur un seul ordinateur.

Autrement dit, il est possible de disposer de l’équivalent de plusieurs ordinateurs virtuels sur un ordinateur physique.

Chacun de ces ordinateurs virtuels dispose d’un système d’exploitation indépendant. Ainsi, vous pouvez installer un ordinateur qui fonctionne avec Windows Server 2008, un second avec Windows Seven et un dernier avec une distribution Linux, le tout sur votre ordinateur qui fonctionne sur Windows Seven.

Chaque ordinateur virtuel dispose aussi d’une adresse IP distincte.

L’intérêt est évident pour les domaines relatifs aux tests, aux développements multiplateformes, aux formations ainsi qu’aux simulations diverses et variées. Il n’est plus nécessaire de s’encombrer de plusieurs ordinateurs physiques.

Cette technique génère une économie substantielle d’énergie électrique, de matériel, de place et surtout procure une très grande simplicité pour gérer ces environnements distincts.

Pour les mêmes raisons, il est aussi envisageable d’utiliser les ordinateurs virtuels en production. Cependant, il faut être conscient que la fiabilité du dispositif repose sur un ordinateur physique dont la stabilité, la robustesse et la tolérance aux pannes doivent être éprouvées. En effet, les conditions d’exécutions sont exigeantes et requièrent un serveur sécurisé et dimensionné correctement.

Si la mémoire doit être en conséquence, les inconvénients majeurs concernent surtout l’overhead (surcharge) CPU générée par l’émulation.

Une fois que le produit de virtualisation (VMware, Virtual PC, Hyper-V) est installé, la création d’un ordinateur est prise en charge par un assistant. Celui-ci émule une couche bios standard et il vous demande d’introduire le cd-rom d’installation du système d’exploitation.

La procédure d’installation du système d’exploitation est standard. Une fois le système d’exploitation installé et configuré (adresse IP, mémoire réservé, etc.) l’ordinateur virtuel est prêt à fonctionner. Bien évidemment, vous pouvez installer des applications ou accéder au matériel de l’ordinateur comme le lecteur de DVD ou de disquettes.

L’ordinateur virtuel est stocké sous forme d’un gros fichier. Lors de l’arrêt de l’ordinateur virtuel, le fichier est mis à jour, parfois de manière incrémentale par rapport à l’origine, ce qui permet d’annuler des mises à jours.

Suite à un crash, vous pouvez copier une sauvegarde de ce fichier sur un autre ordinateur équipé du produit de virtualisation et en quelques minutes vous disposez à nouveau d’un serveur opérationnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *